Des logiciels au service d’une économie énergétique

Publié le : 10 octobre 20224 mins de lecture

Des enceintes pour le lecteur MP3 ? Une maison en bois avec une technologie de microprocesseur intégrée ? Des plaques de pression au sol pour produire de l’énergie ? Certes, cette année encore, j’ai été très impressionné par les idées de projets avec lesquels les étudiants nous ont contactés. Ils voulaient tous être soutenus par notre programme scolaire « L’énergie pour les idées » avec une petite injection financière, que nous proposons dans toutes les écoles secondaires depuis sept ans maintenant.

La demande est grande : depuis lors, près de 170 projets ont été financés et environ 1 300 étudiants y ont participé. Ils sont tous unis par leur engagement en faveur de la science et de la technologie, la joie de l’expérimentation et le plaisir de la découverte. Et ce qui les unit également : de nombreux projets n’auraient probablement pas vu le jour sans la subvention, car les fonds nécessaires à l’enseignement proprement dit ne sont tout simplement pas disponibles.

Mais grâce à « Energy for Ideas », il est possible de se procurer du matériel de travail en dehors du programme d’études et de réaliser des idées – et certains de nos jeunes chercheurs ont réussi à participer au « Jugend forscht » ou à d’autres concours nationaux ! Mais revenons aux projets. Une approche innovante, des avantages pratiques et une pertinence environnementale sont les principaux critères de financement. Il s’écoule généralement trois mois entre le dépôt de la demande et la remise des documents définitifs.

Pour les élèves – et probablement pour certains enseignants, c’est un moment intensif. L’idée est née, mais il faut maintenant se procurer le matériau, le construire, le fabriquer et le souder. En outre, il faut repenser l’une ou l’autre idée si elle ne fonctionne pas. Il me vient souvent à l’esprit que l’école est aujourd’hui beaucoup plus pratique qu’il y a 25 ans. À l’époque, programmer des microprocesseurs n’allait pas de soi, mais je n’avais certainement pas de fer à souder à la main. Mais aujourd’hui, c’est dans l’emploi du temps ! Cela vaut aussi pour les élèves du lycée Friedrich-Wöhler de Singen, dont les projets me plaisent beaucoup.

Les élèves de huitième année ont répondu à la question de savoir comment fonctionne un haut-parleur et de quoi il est fait. Il y avait beaucoup à faire avant que la réponse ne soit donnée : dessiner les plans techniques, scier et assembler les éléments de la maison en bois, insérer la membrane faite sur mesure, construire une petite maison en bois avec un ouvre-porte contrôlé par microprocesseur, un ascenseur, une piscine et une serre, les élèves de neuvième année ont maîtrisé ce défi et ont fait fonctionner ensemble le bâtiment, les circuits et les logiciels.

Chapeau à tant d’habileté manuelle et de compréhension technique. Mais la question la plus passionnante était probablement celle-ci : comment l’homme peut-il contribuer à la production d’énergie ? Trois élèves de dixième année ont trouvé une toute nouvelle solution à cette question, qui vient juste d’être étudiée par la science : la plaque de pression au sol ! Cette plaque, qui est placée dans le sol, est abaissée par la pression lorsqu’une personne marche dessus. Grâce à l’énergie libérée, l’éclairage du couloir de l’école, par exemple, ne peut être allumé que lorsque quelqu’un est effectivement présent. Les élèves ont également mis à l’épreuve l’aptitude du système à un usage quotidien et ont utilisé la plaque qu’ils avaient eux-mêmes construite pour allumer les LED ! Respect ! Silke Wagner est auteur invité sur le blog Service énergétique.

Plan du site